Les filières

Les filières :
de celles exposées à des difficultés
à celles en développement
ou encore en structuration…

Bien que les entreprises de l’ESS soient socialement innovantes et actives sur des secteurs de croissance et dans des filières d’avenir, elles sont tout autant exposées aux difficultés qui touchent aujourd’hui l’ensemble des entreprises. Certains réseaux sectoriels contactent la CRESS pour faire remonter leurs craintes respectives pour l’avenir de leur filière d’activité, de leurs entreprises, de leurs emplois et sollicite de notre part un soutien spécifique. C’est le cas des réseaux de la culture, via Le Pôle et de la petite enfance, via l’Uriopss.

Ainsi, la CRESS a donc un rôle à jouer en détectant en amont les secteurs ou filières en difficultés structurelles ou conjoncturelles, en sensibilisant les partenaires institutionnels quand des réponses peuvent être apportées rapidement, et en favorisant la construction collective de solutions appropriées en associant l’ensemble des parties prenantes.

Par ailleurs, les entreprises de l’ESS sont aussi présentes et actives sur des secteurs de croissance et dans les filières d’avenir, telles les services à la personne, les éco-filières…

La CRESS a donc un rôle stratégique à jouer en décelant les opportunités de développement économique pour les acteurs de l’ESS dans ces filières, et en les accompagnant.

La petite enfance

En 2015, l’URIOPSS a souhaité que la CRESS, animant l’observatoire de l’ESS, vienne en appui et accompagne, par son expertise méthodologique, un état des lieux partagé du secteur de la petite enfance et en novembre 2015, une restitution du travail mené avait été organisée à Nantes. Suite à la présentation des résultats du diagnostic, trois ateliers avaient eu lieu afin d’enrichir le diagnostic par le partage d’expériences et les échanges entre participants, d’identifier des pistes de travail, et d’identifier collectivement les points sur lesquels nous souhaitions interpeler les participants à la table-ronde. Les thématiques des ateliers portaient sur les besoins du jeune enfant, les besoins des professionnels et l’apport des acteurs de l’ESS au territoire.

La culture

En 2016, la CRESS a poursuivi son travail d’appui à la structuration et au développement du secteur culturel. Pour ce faire, elle a continué par exemple à s’impliquer dans les travaux de la Conférence Régionale Consultative de la Culture (CRCC) animée par la Région.

Par ailleurs, l’équipe de la CRESS a continué de travailler en liens étroits avec les pôles régionaux, notamment le Pôle des musiques actuelles. Ainsi, plusieurs projets de coopérations économiques ont ainsi pu être étudiés voire accompagnés conjointement : Icroacoa, Phare ouest, le Hangar.

Enfin, depuis l’été 2016, la CRESS a activement travaillé à la pérennisation de l’outil « Culturdiag » (autodiagnostic économique et financier pour les structures culturelles) expérimenté dans le cadre du DLA. Le dossier a été présenté à la Région et à l’Etat.

La « Silver Economie »

En conciliant utilité sociale, ancrage local et activité économique, le secteur de l’ESS est particulièrement légitime pour répondre aux besoins des personnes âgées. Si les associations, mutuelles, fondations sont des acteurs historiques dans les domaines social et médico-social, des initiatives socialement innovantes se développent également dans les champs de l’habitat, de la mobilité, des loisirs et du tourisme.

Depuis 2015, la CRESS participe aux comités de pilotage et technique aux côtés de la CCIR, du Gérontopôle, de la Région, de l’Agence Régionale et de la CMAR.

Depuis 2016, dans le cadre du plan d’actions de la filière régionale « Silver Économie », la CRESS mène différentes actions :

  • Diagnostic-Action Silver économie (DASE) sur la communauté de communes du Pays Calaisien
  • Organisation d’événements « Silver Économie » :
  • Animation d’un groupe de travail composé d’adhérents de la CRESS
  • Une offre de formation en déploiement et une offre de sensibilisation en cours
  • Comité d’Appui aux Porteurs de projet Silver Économie
  • Participation aux groupes de travail de la filière régionale

Vers une structuration d’une filière régionale de l’économie circulaire

L’économie circulaire considère le déchet comme une ressource potentielle pour produire un autre bien. Elle favorise le recyclage, la réutilisation des objets, la réparation et la revalorisation. Elle répond à la question écologique centrale : la diminution des ressources naturelles, qui ne sont pas toutes renouvelables. Elle exige une gestion plus économe des ressources et l’invention de solutions nouvelles pour consommer moins de ressources naturelles pour produire les richesses économiques.

La réutilisation, la réparation et l’économie des ressources font partie intégrante des modes de fonctionnement et de consommation défendus par l’ESS.

Acteur central du réemploi, l’ESS développe également les circuits de récupération entre les filières agricoles, la construction, la gestion des déchets et le développement des énergies renouvelables. Inscrite dans une philosophie non gaspilleuse et économe, elle profite de ses liens territoriaux forts pour organiser une économie circulaire locale. L’ESS a d’ores et déjà mis en place des circuits circulaires en développant le réemploi du papier jusqu’au matériel informatique, en passant par le carton, les objets de la vie quotidienne et l’électroménager.

Une étude menée en 2012 a permis à la CRESS d’identifier des enjeux, forces et faiblesses de l’économie circulaire. En 2016, la CRESS a porté la voix de l’ESS à une première journée organisée par la DREAL sur cette thématique. En décembre, la DREAL a sollicité la CRESS afin de co-construire des journées départementales et de participer à l’élaboration de la stratégie régionale de l’économie circulaire.

Documents pdf associés

L’économie de proximité

L’économie de proximité correspond à un mode d’organisation de l’économie autour de la relation directe entre l’entreprise et le consommateur d’une part, et entre les entreprises d’un même territoire d’autre part. Elle accroit la valeur en contribuant à un développement durable du territoire par les acteurs qui l’habitent, qu’il s’agisse d’un quartier, d’un territoire périurbain ou d’une zone rurale. Son renforcement semble être une solution pertinente à la crise économique et sociale que nous vivons actuellement.

L’ESS est intrinsèquement une économie ancrée sur son territoire. Elle dispose de tous les atouts nécessaires pour contribuer à la dynamisation de l’économie de proximité. Pour ce faire, elle doit renforcer les liens avec les autres acteurs économiques impliqués, démontrer le rôle majeur qu’elle joue sur chacun des territoires et être force de proposition pour inventer l’économie de proximité de demain.

La CRESS développe un programme d’actions dans ce sens, en lien avec la démarche inter-consulaire pilotée par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat Régionale.

Parmi les objectifs de ce programme :

  • Créer des passerelles entre les entreprises de l’ESS et les acteurs impliqués dans l’économie de proximité (chambres consulaires, clusters et PRI, syndicats employeurs et de salariés, laboratoires de recherche…)
  • Accompagner des projets s’inscrivant dans l’économie de proximité mis en place par des entreprises de l’ESS et hors-ESS
  • Expérimenter de nouvelles méthodes d’accompagnement des territoires dans un objectif de redynamiser de leur économie de proximité et de favoriser l’emploi.

Ainsi, suite à la rédaction du Livre Blanc sur l’économie de proximité, un appel à candidatures a été lancé pour faire bénéficier à des projets collectifs innovants visant à dynamiser l’économie de proximité de territoires sous influence, exposés ou fragiles.

Parmi les 6 projets retenus en 2016, la CRESS s’est vue confier l’accompagnement de deux projets innovants :

  • la création d’une épicerie bio à Nozay (44), portée par des habitants et des producteurs locaux. Dans cet accompagnement, la CRESS a ainsi fait intervenir un cabinet pour réviser le business plan, fait le lien avec des financeurs potentiels pour aider le collectif à boucler le plan de financement, conseillé l’association sur ses recrutements, étudié avec les administrateurs l’opportunité de transformer l’association en SCIC, etc…
  • la mise en place d’un lieu multi-services de proximité à Saint-Michel-et-Chanveaux (49).

Dans cet accompagnement, la CRESS, en partenariat avec l’IRESA, a appuyé les acteurs dans la définition des différents services marchands et non-marchands à proposer dans le futur lieu, les a informé sur les opportunités de statuts et de financements pour le projet, les a mis en relation les expertises techniques nécessaires et a accompagné l’étude de faisabilité du projet.