MAIF présente « Les innovateurs » : une série de 10 portraits d’entrepreneurs, dont 4 appartenant à l’ESS, bien décidés à avoir un impact positif sur leur territoire.

Une coproduction MAIF / Télénantes.

Bathô, le chantier naval insolite

Didier Toqué, cofondateur du chantier naval Bathô, s’est pris d’affection pour de vieilles coques gisant en bord de mer. Elles sont irréparables, mais irrécupérables. Entre ses mains, les bateaux reprennent vie et se transforment en chambre d’appoint, gîte d’accueil, aire de jeux ou salle de réunion. En projet, la réalisation d’abris d’urgence pour exilés et personnes sans-domicile. « Ils nous aideraient à remettre le bateau en état, pour le rendre habitable. Ils gagneraient ainsi un toit et un début de qualification qui aidera à leur insertion sur le marché du travail » explique l’armateur. À raison de 400 heures de travail pour transformer un bateau en Bathô, plus de 3 000 heures d’apprentissage ont été dispensées depuis janvier 2018.

Didier Toqué est autodidacte. « Ma formation, je l’ai reçue en voyageant dans les pays du Sud. J’y ai appris l’économie de la frugalité, l’art de faire beaucoup avec peu. C’est mon rêve de toujours. »

Scopéli, le supermarché coopératif de Rezé

Si vous souhaitez découvrir cette structure originale, des visites sont organisées le mercredi à 18h30 et le samedi à 10h00.

« Ce qui m’intéresse c’est les pages blanches. À chaque fois qu’il y a un projet à lancer, je suis là ». Issu de l’éducation populaire, Gilles Caillaud a cofondé Scopéli, le supermarché de Rezé (44) qui bouleverse tous les codes de la consommation. Pour y faire ses courses, il faut en devenir actionnaire et participer à ses tâches courantes, au moins 3 heures par mois. Scopéli compte donc autant d’employés que de clients, ce qui n’est pas courant. Par ailleurs, le magasin ne cherche pas à réaliser de bénéfices. Il se contente de viser l’équilibre de gestion, ce qui lui permet de pratiquer une politique de prix attractive. Enfin, tous ses adhérents partagent le même socle de valeurs. Scopéli ne commercialise que des produits issus de circuits courts, équitables, respectueux du travail humain et de l’environnement. Condamnant le suremballage, Scopéli privilégie également la vente en vrac. 

Atao, l’entreprise sociale apprenante

En langue bretonne, Atao signifie toujours. L’entreprise d’insertion, créée en 1999, affirme ainsi son ambition de rendre aux exclus une place durable dans la société« Nous voulons qu’ils ressortent d’ici le torse bombé, prêts à faire valoir leurs compétences » témoigne Stéphanie Ourlissène, accompagnatrice sociale au sein de l’association. Pour cela, Atao propose trois pôles d’activité, offrant des possibilités variées de formation et de professionnalisation dans les métiers du métal, de la menuiserie, de la mécanique ou de l’aménagement extérieur. Dans son atelier dédié à la mobilité, Atao récupère des véhicules et les remet en état. Dans une seconde vie, ces bicyclettes et voitures sont louées ou vendues, permettant aux personnes à faible niveau de revenu de renouer avec l’autonomie de déplacement. 

« Une réponse de citoyens démunis à d’autres citoyens démunis. Et aussi un modèle de société. Ils arrivent au fond du trou, ils repartent avec un diplôme, une qualification, des amis. Et même une nouvelle famille » conclut François Pastre, le directeur de la structure.

Retrouvez un autre portrait d’Atao dans notre page Portraits d’entreprises

Bout à Bout, filière de consigne en Pays de la Loire

Très répandue jusque dans les années 1970, la bouteille consignée a peu à peu disparu de nos vies quotidiennes. Les bars et cafés sont les seuls à encore l’utiliser régulièrement, en raison sans doute d’une mise en œuvre simplifiée. Pour les particuliers, le verre se trie dans le bac vert. Un geste d’apparence « écolo » qui génère en réalité un processus de recyclage coûteux en énergie. L’association Bout à Bout, à Nantes, propose donc de réhabiliter la bouteille consignée à l’échelle des Pays de la Loire. Le défi est compliqué à mettre en œuvre, malgré le soutien des collectivités territoriales. Mais Célie Couché est une battante à l’énergie très communicative !

Pour découvrir encore plus de structures de l’ESS, rendez-vous sur les portraits d’entreprises.

Pour en découvrir plus sur ces acteurs, rendez-vous sur le site de la MAIF.

N'hésitez pas à partager !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin