APIVET (Association Pour l'Insertion par le Vêtement), entreprise d’insertion par l’activité économique (IAE), a été créée en 1995 par le Secours Catholique et la commission d’insertion du quartier Monplaisir à Angers (association loi 1901). Elle a pour missions la collecte, le tri, la valorisation et le recyclage des textiles.

APIVET, entreprise d’insertion

L’association APIVET accompagne socioprofessionnellement les personnes en difficulté, loin de l’emploi. Elle fait partie du réseau national Tissons la Solidarité, rassemblant 70 structures d’insertion professionnelle centrées sur le réemploi et le recyclage des textiles.

C’est par le biais de la collecte, du tri et de la revente de vêtements, chaussures, accessoires et linge de maison de seconde-main qu’APIVET aide et accompagne des personnes en situation de précarité ou d’échec pour qu’elles trouvent ou retrouvent une dynamique personnelle et un emploi en leur apportant une vraie solution de réinsertion par le travail.

L’IAE s’adresse aux personnes particulièrement éloignées de l’emploi, notamment :

  • chômeurs de longue durée,
  • personnes bénéficiaires des minimas sociaux (RSA…),
  • jeunes de moins de 26 ans en grande difficulté,
  • travailleurs reconnus handicapés.

Aujourd’hui, APIVET emploie 24 personnes dont 18 salariés en contrat d’insertion.

En 2020, APIVET a accueilli 27 nouvelles personnes en contrat d’insertion. Au total 44 salariés en insertion ont travaillé dans la structure au cours de l’année 2020. 13 contrats d’insertion sont sortis de la structure avec un taux de sortie vers l’emploi de 74%.

APIVET en bref :

  • Statut : association
  • Date de création : 1995
  • Territoire : Maine-et-Loire
  • 24 salarié·es : 6 en CDI et 18 en contrat d’insertion
  • 1300 tonnes de vêtements collectés par an
  • 1100 tonnes de vêtements triés par an
  • 56 450 vêtements ou linges de maison vendus par an en boutique
  • 153 points de collecte sur le Maine-et-Loire

APIVET, spécialiste de la valorisation des vêtements usagés

APIVET répond au besoin croissant de récupération des déchets textiles des foyers sur le territoire.

En faisant régulièrement don de textiles (vêtements, linge de maison, chaussures, accessoires de mode et de maroquinerie), les habitants du territoire contribuent activement :

  • au maintien d’une filière locale de réinsertion sociale et professionnelle,
  • à la réduction des déchets ménagers en donnant aux textiles une seconde vie : plus des 2/3 des dons sont recyclés et revalorisés.
  • au développement de l’économie solidaire internationale : un quart des textiles collectés est envoyé à l’export afin d’alimenter les circuits de distribution locaux.

La récupération et valorisation du textile effectuée par APIVET se décompose en 3 métiers différents :

La collecte – La collecte de vêtements, de chaussures et de linge de maison est assurée au travers de plus de 150 points de collecte disposés sur Angers, l’agglomération angevine et quelques villes du Maine-et-Loire. Des associations comme la Régie de quartiers d’Angers, St Vincent de Paul ont mis à la disposition de la structure des locaux pour des collectes hebdomadaires. Le produit collecté s’appelle, dans le jargon, « l’original ». APIVET collecte environ 1 000 tonnes par an.

Le tri – L’original n’a pas toujours une valeur en l’état. Sa valorisation suppose un tri, ce que l’on appelle « l’écrémage ». Cette opération consiste à ouvrir les sacs donnés par les habitants, à en extraire le plus beau que l’on appelle « la crème ». Ce sont les vêtements qui seront remis dans le circuit de la vente (environ 6 %). Le reste, très important (environ 80 %) est appelé « l’écrémé ». Ces vêtements sont triés selon des critères précis de qualité, de matières et selon le type de vêtements. Ces vêtements qui ne peuvent être vendus, sont destinés au recyclage pour des fabrications de chiffons, ou matériaux d’isolation par exemple. Les opérations de tri sont réalisées sur des tables essentiellement par des salariées femmes. APIVET a été reconnue plate-forme de tri nationale par l’organisme Eco TLC depuis le 31 décembre 2009. A ce titre, APIVET peut prétendre à une éco taxe par rapport au tonnage trié chaque année à la suite d’un audit de la structure.

La commercialisation – Après la collecte, le tri et le lavage, ces vêtements s’offrent une nouvelle vie au sein d’une des deux boutiques d’APIVET sur Angers. Dans ces magasins, vous pouvez retrouver des vêtements femme, homme, un rayon dédié uniquement à l’enfant, des articles de sport, du linge de maison, de la mercerie, quelques livres et jouets.

Un maillage territorial important

Pour mener à bien ses deux activités d’accompagnement professionnel et de revalorisation du textile, APIVET travaille entre autres avec Le Relais, la Fédération des Entreprises d’Insertion, Tissons la Solidarité, Dons Solidaires, l’Aldev, Pôle Emploi, Angers Loire Métropole, Refashion, la DREETS (Direccte) et le département.

Une activité reconnue mais difficile à développer

APIVET est freiné dans son développement par manque de moyens et de débouchés pour les personnes en insertion qu’elle accueille.

« Aujourd’hui, si nous souhaitons nous développer, nous avons besoin de plus de moyens, car la demande des communes pour la mise en place de collecteurs est de plus en plus importante. Nous avons besoin de plus de véhicules de collecte, d’un atelier de tri et des espaces de stockage plus grands et par conséquent une masse salariale supérieure à celle d’aujourd’hui. »

Stéphanie RUAU, Directrice APIVET

En dates :

  • 1995 : création de l’association
  • 2011 : Mise en place de la collecte dans les déchetteries
  • 2012 : Extension de la collecte sur le secteur Loir-Sarthe
  • 2017 : Déménagement de l’atelier afin d’augmenter la surface de tri et donc le nombre d’agents de tri (passage de 4 à 7)
Contact

APIVET Boutique et Siège
13 avenue Montaigne, 49100 Angers
02 41 60 88 00

APIVET Boutique
34 rue de Larevellière, 49000 Angers
02 41 60 88 00

L’atelier
34 rue des Noyers, 49100 Angers
02 41 68 37 41

Visiter le site
Suivre APIVET
N'hésitez pas à partager !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
X