Skip to main content

La CRESS des Pays de la Loire publie une nouvelle note de conjoncture sur les dynamiques de l’emploi et des établissements ESS en région en 2022. Certains secteurs d’activités sont plus fragilisés que d’autres.

Une baisse de l’emploi en 2022

Après un fort rebond économique en 2021, l’année 2022 semble marquer le pas quant à l’emploi dans l’Economie Sociale et Solidaire : – 0,5 % sur l’année, soit une perte de plus de 650 emplois.

Ce sont les associations qui connaissent le plus de difficultés sur la période observée : – 872 emplois (soit – 0,8 % de leurs effectifs). Le nombre d’associations a lui aussi baissé sur la période 2020-2022 (- 54 établissements associatifs) mais est positif entre 2021 et 2022 (+ 33 établissements). Entre 2010 et 2022, la région a perdu plus de 800 associations sur son territoire (- 7,3 % de structures).

A l’inverse, le monde coopératif a créé plus de 200 emplois sur l’année 2022.

Un risque d’éloignement des services sur certains territoires

Les activités liées au « prendre soin »

On l’a vu, entre 2021 et 2022, l’ESS ligérienne a perdu 654 emplois. Ce sont principalement l’action sociale et la santé humaine qui perdent le plus d’emplois en volume (respectivement – 805 et – 152 emplois pour ces secteurs sur la période). Ces secteurs en tension connaissent d’importantes difficultés de recrutement en raison du manque de valorisation, de reconnaissance et donc d’attractivité de ces métiers. Et le problème risque de s’accentuer puisque ces secteurs comptent de nombreux·ses salarié·es seniors, qui partiront à la retraite d’ici quelques années. La fragilisation des secteurs du prendre soin pourrait avoir de nombreux impacts dans notre société tant ses métiers et structures sont essentielles dans la réponse aux besoins des territoires, notamment envers les plus fragiles.

Des services bancaires qui s’éloignent des territoires

Depuis peu, on constate aussi une baisse des emplois dans les activités financières et d’assurance : – 270 entre 2020 et 2022. Sur la même période, en corrélation, on enregistre une baisse de 5 % des établissements coopératifs sur la région. Outre des mouvements de fusion d’établissements, on a aussi observé la fermeture d’agences bancaires sur des territoires moins urbanisés, éloignant ainsi les services d’une partie de la population ligérienne.

Des charges fortes pour de nombreuses structures dont celles du tourisme social et solidaire

Entre 2010 et 2022, près de 100 établissements de ce secteur ont disparu en Pays de la Loire (- 41 % des établissements). Du côté des emplois, la baisse est importante : – 21 % dans les effectifs salariés du tourisme social et solidaire entre 2010 et 2022, soit – 274 emplois. L’inflation et notamment l’augmentation des charges énergétiques ainsi que le coût du patrimoine immobilier à entretenir fragilisent fortement ce secteur d’activité depuis la crise.

Ces constats, s’ils persistent, pourraient freiner les organisations de l’ESS à répondre aux besoins des territoires.

N'hésitez pas à partager !
Share on linkedin
Linkedin
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter