L’économie circulaire, de quoi parle-t-on ?

L’Homme utilise mal
les ressources naturelles de la biosphère

Selon le GIEC, le climat mondial pourrait se réchauffer à hauteur de 3°C d’ici 2100 par rapport à l’ère préindustrielle, alors qu’un réchauffement au-delà de 1,5°C aura des conséquences dramatiques sur les écosystèmes et nos modes de vie actuels. La ressource en eau par exemple va se trouver fortement fragilisée en Pays de la Loire, une baisse des débits de la Loire à hauteur de 20 à 50% est attendue d’ici 30 ans ce qui impactera l’alimentation en eau potable1. Selon l’IPBES, environ 1 million d’espèces animales et végétales sont aujourd’hui menacées d’extinction2

Et pourtant nous continuons d’exploiter et consommer les ressources naturelles sans limites et de manière inefficace. Les vêtements, par exemple, sont gardés deux fois moins longtemps qu’en 2002. Une perceuse est utilisée en moyenne 10 min sur sa durée de vie. Hors pour fabriquer chaque produit, nous consommons de l’eau et émettons des substances qui, lorsqu’elles sont en grande quantité, impactent la biosphère.

Photo nature de Lucie Renaudin

Le système économique classique actuel fonctionne selon une logique linéaire : nous utilisons des ressources pour produire des biens et services, nous consommons, puis nous jetons les ressources restantes. Les activités économiques sont aussi développées dans une logique productiviste visant à toujours produire et consommer davantage.

1 CESER Pays de la Loire, 2016
2 Comité 21, 2019

© Pôle éco-conception

L’économie circulaire comme levier pour accélérer la transformation
vers une société durable qui prend en compte les limites de la biosphère

L’économie circulaire est un concept pour repenser notre relation à l’environnement.  L’économie circulaire se définit comme un « système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien être des individus » (ADEME).

Et si on transformait nos modes de production et de consommation pour limiter les impacts environnementaux et le gaspillage des ressources naturelles ?

L’économie circulaire vise à modifier à la fois :

  • la production et l’offre de biens et de services
  • la demande et le comportement des consommateurs
  • la gestion des déchets, avec notamment le recyclage qui permet de boucler la boucle vers la production des nouveaux biens.

En développant par exemple l’offre et la demande de biens de seconde-main, les ressources jetées sont limitées, la quantité de déchets et l’extraction de nouvelles ressources sont réduites. 

L’économie actuelle repose sur une logique de quantité plutôt qu’une logique de qualité. Pour réellement limiter notre impact environnemental, l’économie circulaire invite également à plus de sobriété. Le meilleur déchet est celui qu’on évite de créer. En effet, même pour recycler un bien, il faut des ressources (eau, énergie etc.), ainsi limiter le gaspillage et les impacts sur l’environnement nécessite de réfléchir à nos besoins. L’économie circulaire est donc un levier pour encourager à créer de la valeur qui a un sens en intégrant les limites de la biosphère, base de notre économie.

© Pôle éco-conception

Circulariser l’économie, c’est aussi amplifier l’approche coopérative. Pour anticiper et maîtriser son impact sur l’environnement, il est indispensable d’échanger et travailler en partenariat avec les acteurs économiques en amont et en aval des filières – une valeur de coopération non sans ressemblance avec certaines valeurs de l’Économie Sociale et Solidaire…

L’ESS, actrice pionnière et motrice
pour une économie plus circulaire

L’économie sociale et solidaire est depuis longtemps actrice en faveur de l’économie circulaire. Dès les années 60 de nombreuses structures pionnières, structures d’insertion notamment, se sont engagées en faveur du réemploi, de la réparation pour réutiliser des biens et du recyclage des biens en fin de vie. L’ESS a aussi souvent été pionnière pour proposer des activités de partage de biens (activités qui relèvent de ce qui est appelé l’économie de la fonctionnalité).

À travers la participation citoyenne, une forte coopération entre les acteurs, et un  ancrage territorial important, principes clés de l’ESS, les acteurs de l’ESS sont moteurs pour définir collectivement les expérimentations et innovations nécessaires pour une économie circulaire et solidaire dans un esprit d’utilité sociale.

Vous faire connaître

Pour faire connaître vos activités en matière d’économie circulaire, référencez-vous sur Carteco, la carte collaborative des structures de l’ESS qui font la transition écologique et solidaire.

Carteco