Secteurs d’activité féminins, conditions d’emploi plus précaires, plafond de verre et inégalités salariales… quelle égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l’ESS ?

L’ESS en Pays de la Loire compte 68% de femmes parmi ses salarié.e.s, ce qui en fait donc une économie non mixte.

Cette part est encore plus importante dans les mutuelles et les associations, respectivement 77% et 74%. A l’instar de ces statuts juridiques, certains secteurs d’activité sont très fortement féminisés, comme la santé humaine (86% de femmes), l’action sociale (80%) ou encore l’enseignement (72%).

Les salarié.e.s femmes dans l’ESS en Pays de la Loire, comme au niveau national, cumulent les conditions de précarité. Ainsi, on observe que :

  • sur 100 salarié.e.s embauché.e.s en CDD, 70 sont des femmes
  • sur 100 salarié.e.s embauché.e.s à temps partiel, 80 sont des femmes
  • sur 100 salarié.e.s embauché.e.s en CDD à temps partiel, 78 sont des femmes

Les femmes sont également moins nombreuses à être cadres : sur 100 femmes, 13 sont cadres dans l’ESS (22% pour les hommes). Et si les femmes sont majoritaires dans les effectifs ESS (68 salarié.e.s sur 100), elles sont moins nombreuses aux postes de cadres (55%). La résistance de ce plafond de verre se traduit dans les salaires : 22% d’écart de salaire en moyenne entre les femmes et les hommes dans l’ESS. En fin de carrière (sur la tranche d’âge 55 ans et plus), cet écart est même de 33%.

Comme le reste de l’économie, l’ESS n’est donc pas épargnée par les inégalités femmes-hommes…

Et si on faisait bouger les choses ?

Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter pour rejoindre le groupe de travail animé par la CRESS sur cette thématique ! (coordonnées ci-dessous).

Et retrouvez les détails de cette étude dans la dernière publication de l’Observatoire, Objectif 50/50.

Pour plus d’informations à ce sujet, n’hésitez pas à contacter Marie Teyssier : marie.teyssier@cress-pdl.org / 02 40 74 73 00

N'hésitez pas à partager !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin